contenu principal

Création 2022

Avec 2 II, GONGLE souhaite aborder la question du corps au travail et dans l’espace public en mettant en scène un athlète du streetworkout et une circassienne.

Nous voulons réfléchir aux notions de vocations, de travail subi ou choisi. Nous chercherons à donner du sens à ce que nous faisons « pour vivre ». Pour GONGLE cette mise en perspective des milieux de l’art et du sport s’inscrit dans une longue recherche sur les liens entre ces pratiques. C’est dans cet écart entre deux corporalités et deux interprétations que le spectateur peut charger l’histoire de son corps au travail.

Création 2022

Expérience inhabituelle entre théâtre et cinéma, entre manège forain et expérimentation sensitive, ce spectacle est une forme de cinéma de plein air, dont l’éphémère est celui du théâtre. En effet aucune image enregistrée, mais une aptitude à utiliser les aléas de la ville. Le public se retrouve avec des écrans sur le nez, et sans y prendre garde, finira dans une sorte de manège dont il est partie prenante.

Les séquences (20 min) se jouent en continu, avec changement de groupe entre chaque fiction. Posé au cœur du ballet du quotidien, parmi les passants qui passent et les véhicules qui circulent, c’est dans un « observatoire » que l’on s’embarque…

Création 2022

Que sait-on des Véronique de Perse, Balisier des Caraïbes, Scille de Sibérie, Vergerette de Sumatra, Coqueret du Pérou, Nigelle de Damas, Éventail de Caroline, Tamarin d’Inde etc. ? Et du sort qui leur est réservé en Europe ?

Les simples noms des plantes vagabondes font rêver le voyage et évoquent la formidable liberté de vie. Que peuvent-elles nous raconter de la nécessité vitale de la mobilité, de la réponse quasi unanime du mouvement pour survivre ? Le vivant est en mouvement, se déplace et prend racine sur de nouveaux territoires, il s’agit ici d’imaginer un éloge des vagabondes et du pollen contre lesquels la politique du mur ne peut rien.

Création 2021

En redécouvrant des vieux objets à souvenirs, enfouis dans des cartons, Lou convoque les fantômes de son adolescence, qui la poussent à interroger son regard sur le monde d’aujourd’hui.

Les spectateurs sont plongés dans une enquête qui permettra à Lou de se mettre face à son passé, à nous interpeller sur nos capacités à inclure ou exclure, et à questionner  les mécanismes de dominations.

Création 2020

Le Son qui vient du Ciel crée littéralement la rumeur dans la ville : l’espace urbain est comme habité par des sonorités insaisissables qui semblent fuir à travers les rues et les places, émerger des façades, se fondre et disparaître dans le paysage sonore existant. Diffusée par des (très-) haut-parleurs installés à grande hauteur (tour, grue), la création sonore est toujours contextuelle et composée d’éléments collectés in situ en collaboration avec les riverains et acteurs locaux.

VIDEO “L’observatoire des sons qui viennent du ciel”

no cookie

Film tournée en novembre 2019
Réalisation : Vincent Muteau

Création 2015

Projet chorégraphique en espace public pour 4 danseurs travaillant dans et avec le flux des passants.
Le désir premier de ce projet est de questionner la notion d’identité et d’individualité. Comment peut-on être identifié en tant qu’individu au sein d’un groupe? S’affirmer, se fondre dans une masse, apparaître, disparaître, se laisser emporter, se laisser traverser… Rester ? L’immersion totale peut aller jusqu’à la perte de notre propre identité. Ne risque-t-on pas de se laisser submerger?
Tenter l’aventure seul ou à plusieurs et comprendre ensemble qui nous sommes vraiment, quelle est notre place.

Création 2014

Ce spectacle est un banquet, pour célébrer la vie et se nourrir.
Se nourrir de nos expériences de vie mutuelles. De nos regards différents portés sur l’existence.

Vous êtes invités à vous asseoir en cercle autour d’un banquet foisonnant et baroque.
Les comédiens, attablés parmi vous se font passeurs d’histoires vécues et de récits sur le sentiment d’être vivant. La nourriture présente sur la table, est riche du sens à transmettre et véhicule de sensations et d’actions rituelles partagées.
Chacun a accès à la poésie du vivant, et ensemble nous cherchons à vibrer de vie, de plaisir, d’émotion.

Après une étape de résidence en octobre 2013, la compagnie revient pour présenter sa dernière création en juin 2014.