contenu principal

CARTE BLANCHE AU COLLECTIF LES GRANDES PERSONNES

Pour cette saison automne 2022, Art’R et Les Grandes Personnes vous donnent rendez-vous pour une invasion de géants dans le 11e arrondissement. Au menu du Grand Banquet des Géants : spectacles, ateliers, expositions et déambulations, le répertoire gargantuesque du collectif sera exploré pour le plus grand plaisir de toutes et tous !

TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME COMPLET


LES SPECTACLES AU MENU !

ON A FAIM ! – LE BANQUET DES GÉANTS
(sur réservation uniquement)

Le 14 octobre de 18h30 à 19h30
Le 15 octobre de 14h30 à 18h30

Le 16 octobre de 11h à 15h
Sessions de 10 min – Salle Olympe de Gouges, Paris 11e

« Qui n’a jamais rêvé d’être mangé tout cru ! »
Un entre-sort tout public qui revisite contes de fées et peurs enfantines… Le public, choisi aux petits oignons, débarque comme un cheveu sur la soupe à un banquet de géants aux dimensions gargantuesques qui festoient de chair fraîche. Surgit la figure de l’ogre et avec, nos peurs délicieuses d’enfants. Laissez-vous croquer, pardon, tenter.

À LA CORDE

Le 12 octobre à 16h
Parvis Olympe de Gouges, Paris 11e

Ce spectacle interactif raconte la vie d’Odilon, sa naissance, sa famille, ses aventures, ses amours et ses interventions, ses angoisses et sa créativité.

LA BASCULE

Le 15 octobre à 15h
Parvis Olympe de Gouges, Paris 11e 

La Bascule rappelle ce qu’est la peine de mort et raconte comment son abolition ne s’est imposée à la France qu’en 1981. Le spectacle se concentre sur le procès et l’exécution de Bontems et de Buffet en 1972-1973.

LA LIGNE JAUNE

Le 15 octobre à 16h15
Square Maurice Rajman – Rue Merlin, Paris 11e

Sur une table autour de laquelle on s’assemble, une usine se construit, des ouvriers arrivent. En compagnie de ces petits personnages qui construisent des voitures Renault, discutent, se révoltent, une actrice retrace l’épopée de l’usine Renault de Cléon, au long des années 1950–1970.

LES HORIZONTAUX

Le 15 octobre à 18h
Départ de la déambulation : Square Maurice Rajman – Rue Merlin, Paris 11e

Une caravane nomade se déploie, formée de sculptures à déplacer – marcheurs, cavaliers, animaux divers et leurs bergers. Acteurs et musiciens racontent leurs histoires tandis que vous êtes invités à faire avancer les sculptures, de point d’eau en pâturage. À prendre en marche !

BONA KÉLÉ

Le 16 octobre à 12h
Parvis Olympe de Gouges, Paris 11e

Les peuples du Burkina Faso se révoltent contre la colonisation et la guerre des peuples du Burkina Faso. Récit avec des sculptures à table.


ET AUSSI…

EXPOSITION – LA PIECE MONTÉE DES GRANDES PERSONNES
Le 14 octobre de 17h à 19h30
Le 15 octobre de 14h30 à 19h30
Le 16 octobre de 11h à 16h
Salle Olympe de Gouges, Paris 11e

Une installation artistique sonorisée, mêlant marionnettes géantes, décors, objets démesurés, récapitule quelques vingt années de création de l’équipe des Grandes Personnes, avec Christophe Evette à la direction artistique.

ATELIER DES GÉANTS
Les 13 et 14 octobre de 14h à 17h 
Parvis Olympe de Gouges, Paris 11e

Les habitants du quartier et d’ailleurs sont invités à participer aux préparatifs : création d’objets scénographiques pour la parade, répétitions pour participer au spectacle Les Horizontaux, réalisation d’un collage géant de Grands Papiers.

LÂCHER DE GÉANTS : PARADE UTOPIQUE 
Le 16 octobre à 16h
RDV  : 19 rue Servan, Paris 11e

L’évènement se clôturera le dimanche par une immense parade digestive : inspirés par la figure historique d’Olympe de Gouges et l’histoire du quartier, une vingtaine de géants envahiront les rues avec leurs banderoles pour une manifestation géante et festive avec musique et slogans.

Création 2021

Héroïne – Une épopée au cœur d’un tribunal

Un tribunal à ciel ouvert au cœur de la ville, une audience en temps réel.

Des spectateurs invités à suivre quatre heures d’affaires, comme pour de vrai : comparutions immédiates, audiences correctionnelles, affaires familiales, réunies en un jour et un lieu.

Pour y plonger, dix comédiens, musiciens, plasticiens, danseurs incarnent tour à tour juges, prévenus, avocats, badauds ou policiers. Et dans le tumulte des vies qui pulsent et qui explosent, le public s’accroche à la voix de la narratrice déployant son carnet de bord, entre doutes et découvertes.


Découvrez le teaser d’Héroïne

no cookie

Copyright Le Fourneau, Demi-Sel Production

Après avoir présenté « La figure du baiser » de Nathalie Pernette au Palais Royal en 2018, Art’R collabore de nouveau avec Monuments en mouvement, programme de danse et de cirque du Centre des monuments nationaux et s’associe cette année avec le Théâtre de Châtillon, pour une carte blanche de la chorégraphe Satchie Noro dans les jardins de l’hôtel de Sully.
Du 16 au 18 juin, venez découvrir deux pièces de la compagnie Furinkaï et un concert de clôture de Maïa Barouh le 18 juin.


VESTIGES
Création 

veStiges est une pièce solo-s, un chant des courbes pour des espaces « hors-mesure », en milieu végétal ou minéral, une composition sur le mouvement circulaire et ses amplitudes, du petit au grand, du proche au lointain, de l’intime au développé.

Cette pièce explore ce qui tourne, circule, s’arrondit, s’entortille et s’emmêle.

Ce que fabrique la rotation avec un corps et ce que le corps fabrique comme rotation.

Ce qui s’échappe de la mémoire sous l’effet d’une force ex ou concentrique.


LES ARPENTEUSES
1ère partie

C’est un projet chorégraphique, un tissage scénographique qui développe à partir de la relation du corps et de l’objet quotidien – la chaise – une écriture en mouvement, un lieu d’exploration, de métamorphose et de dialogue.
C’est une installation éphémère dans un pliage, dépliage permanent. Elle convoque trois présences s’inventant architectes d’un espace qui se recompose sans cesse.

Les Arpenteuses est une réécriture du projet « Sillas », créé et interprété à l’origine par les 3 artistes chiliens Nicolàs Eyzaguirre, Juan Larenas, Carlos Canalès et Satchie Noro.


MAIA BAROUH
Concert

Chanteuse, flûtiste, auteur, compositrice et arrangeuse Franco-Japonaise. Maïa est une artiste unique mélangeant les chants ancestraux Japonais avec du  rap franco-Japonais, groove, électro, chanson avec une grande liberté. L’une de ses particularités est sa grande technique vocale – largement inconnue  provenant d’une île au Sud du Japon  qu’elle associe à sa flûte traversière, percussive et insolente.
Maïa a cette capacité exceptionnelle à réaliser des mélanges improbables. C’est de là que naît son style inimitable et reconnaissable.
Avec sa grande expérience de la scène, sa folie, son énergie volcanique et sa musicalité sans frontières, Maïa Barouh nous emmène au cœur de ses racines où mélancolie et transe, groove et musique électronique, rap et chant ancestraux se côtoient, et saisit le public par sa voix qui vous prend aux tripes !

www.maiabarouh.com

Création 2022

Performance pour 6 interprètes et 2 musiciens dans l’espace public.

Avec ANIMA, le souffle qui anime la matière est protagoniste à part entière.

La proposition donne à voir le jaillissement – apparition et disparition – D’une forme ramifiée, à partir d’un ensemble de matières disposées au sol. Les interprètes déploient progressivement une construction éphémère sur une hauteur de 17m.

ANIMA est accompagné par deux musiciens live, sonneurs et improvisateurs de cornemuse.

ANIMA produit un espace circulaire, un temps de suspension où le rassemblement entre interprètes, musiciens, spectateurs, passants, habitants, hommes, femmes et enfant soit protagonistes. Une parenthèse au cœur des villes pour se retrouver au présent, les uns avec les autres. Une respiration commune.


Découvrez le teaser de ANIMA

no cookie

Film réalisé par Guillaume Robert

Création Mai 2022

Expérience inhabituelle entre théâtre et cinéma

En proposant au public de s’équiper de deux petits outils dits technologiques (un casque et un tableau de bord), une autre ville apparaît : une cité en transparence dont nous sommes les témoins momentanés. Au vu et au su de tous s’y jouent des choses que personne ne voit : c’est cela qu’il faut entendre. S’y jouent des choses que personne n’entend : c’est cela qu’il faut voir. Le public, avec des écrans sur le nez et sans même y prendre garde, finit dans une sorte d’observatoire dont il est partie prenante.

Le Chant des vagabondes
Création 2022

Que sait-on des Véronique de Perse, Balisier des Caraïbes, Scille de Sibérie, Vergerette de Sumatra, Coqueret du Pérou, Nigelle de Damas, Éventail de Caroline, Tamarin d’Inde etc. ?

Et du sort qui leur est réservé en Europe ?

Les simples noms des plantes vagabondes font rêver le voyage et évoquent la formidable liberté de vie. Que peuvent-elles nous raconter de la nécessité vitale de la mobilité, de la réponse quasi unanime du mouvement pour survivre ?

Il s’agit ici d’imaginer un éloge des vagabondes et du pollen contre lesquels la politique du mur ne peut rien.

Dans un jardin du savoir, de la fête et de la joie, les spectateurs sont accueillis par 17 Souffleurs pour découvrir les récits des vagabondes et célébrer ensemble la pensée du poète Franck-André Jamme : “Savoir que les portes closes jamais ne peuvent empêcher les voyages.

Création 2021

Un spectacle immersif dans un espace naturel
à partir du roman « Marx et la poupée » de Maryam Madjidi

Vous rentrez dans un espace.
Vous pouvez vous déplacer librement.
Des sons vous entourent, s’entremêlent, vous font voyager.
Ils s’échappent de boîtes sonores. Vous les portez en bandoulière.
Vous cheminez avec Maryam.
Elle vous emmène en Iran.
Elle a quitté son pays d’origine pour la France.
Elle doit raconter, autrement.
Des figures surgissent du passé, appelées par ses souvenirs.
Vous suivez les chemins de ses pensées.
Le paysage parcouru est parsemé de lieux enfouis ou déterrés.
Elle est deux cultures, deux langues. Tiraillée.
Ses identités sont multiples, elle est mosaïque.
Elle est encore là-bas et elle est ici.
Comme suspendue.

  • Spectacle accueilli avec le soutien financier d’Eclat CNAREP à Aurillac

Création 2019

Un vieux est un jeune assis, toujours rempli de vie, de cris… et de défis
Confrontés aux années et à leurs corps cassés, un metteur en scène et « ses » comédien.ne.s font le pari de créer un spectacle de cirque.

Perturbateurs du quotidien et débordants de vie, les artistes sur scène sont prêts à jongler, même en béquilles et à se mettre à nu.
Derrière le rideau, ils sont confrontés aux habitudes, aux débordements des uns et des autres…
Simultanément, une moitié des spectateurs assistera au spectacle en piste, l’autre à celui qui se déroule dans les loges.

Création 2021

Un spectacle immersif dans un espace naturel
à partir du roman « Marx et la poupée » de Maryam Madjidi

Vous rentrez dans un espace.
Vous pouvez vous déplacer librement.
Des sons vous entourent, s’entremêlent, vous font voyager.
Ils s’échappent de boîtes sonores. Vous les portez en bandoulière.
Vous cheminez avec Maryam.
Elle vous emmène en Iran.
Elle a quitté son pays d’origine pour la France.
Elle doit raconter, autrement.
Des figures surgissent du passé, appelées par ses souvenirs.
Vous suivez les chemins de ses pensées.
Le paysage parcouru est parsemé de lieux enfouis ou déterrés.
Elle est deux cultures, deux langues. Tiraillée.
Ses identités sont multiples, elle est mosaïque.
Elle est encore là-bas et elle est ici.
Comme suspendue.

©Art’R

Création 2020

Une promenade théâtrale de rue dansée !

Seul.e.s te promène de bâtiment en bâtiment.
La solitude avec un ou plusieurs enfants à charge, c’est quoi ? C’est où ? C’est qui ? C’est derrière quelle fenêtre de la ville qu’on rame pour joindre les deux bouts?
Une pièce de théâtre urbaine, remplie de courage, de combats quotidiens, de peur, mais aussi de fierté, d’espérance et surtout d’amour.
Une histoire qui fait exploser les murs et court les rues.


Découvrez le teaser de Seul.e.s

no cookie

Teaser réalisé dans le cadre du Réseau Risotto par Urban Street Reporters


LES ATELIERS : VENEZ PARTICIPER / INTERPRÉTER
Du 6 au 8 juillet

PLATEFORME vous invite à participer à sa nouvelle création “Seul.e.s” aux côtés de la compagnie, lors des représentations.
Venez prendre à bras le corps les poussettes et partager une aventure artistique pour faire vivre, à travers un récit corporel, le quotidien de parents solos dans les rues de votre ville, au coeur de la cité.

Les ateliers proposés par la compagnie sont des temps de partage et de transmission de ces phrases dansées, ces poèmes nés des échanges avec les parents solos pendant la création, mêlant expression théâtrale et corporalité.

Ces ateliers sont ouverts à toutes et tous : les passionné.e.s de théâtre, de danse, de sport, avec ou sans expérience en pratiques artistiques ; touché.e.s de près ou de loin par la thématique du spectacle, la monoparentalité, ou ayant simplement l’envie de s’exprimer poétiquement sur le sujet.
Pas de prérequis, juste la possibilité de s’engager sur l’ensemble du projet :
Les 6, 7 et 8 juillet : 3 ateliers de 3H
Les 9 et 10 juillet : 2 représentations (disponibilité requise 3 heures avant le début des représentations et jusqu’à 1h après la fin du spectacle. La représentation dure environ 1h)