contenu principal

Tournage de "FiXion" à Noisy-le-Sec par l'Oeil du Boabab

Du 1er au 7 mars 2021, l’Oeil du Baobab était à Noisy-le-sec pour le tournage de la série policière et fantastique “FiXion”.
Plus de 120 personnes de tous âges et de tous horizons sont venues participer au tournage et ont pu s’initier aux différentes missions proposées : actrice.eur, figurant.e, Chef·fe de file, scripte, son, image, décor, maquillage, machino, clap…
Nous les remercions toutes et tous chaleureusement !
Pour revoir en images cette semaine de tournage cliquez sur + d’infos

Création 2012

Figures Libres propose une marche collective dans la ville pour ressentir les rapports ambivalents qu’entretiennent individu et groupe.
A la nuit tombée, la ville se métamorphose… et les spectateurs embarquent  pour un voyage urbain hors norme. Des milliers de visages prennent vie, projetés sur les façades des immeubles, en format extra-large. De Paris à Bagnolet, la fiction a infiltré la réalité, et a invité à porter un autre regard sur la ville, le temps d’une troublante balade visuelle et sonore.

Création 2015

Do Not Clean est un spectacle multimédia qui met en scène les déchets et leur gestion comme métaphore de notre société, il questionne notre rapport aux exclus et aux marginaux.

Dans sa nouvelle création Do Not Clean (« ne pas nettoyer »), KompleX KapharnaüM met en lumière des démarches de réemploi et de valorisation que développent des individus et des groupes marginalisés pour survivre en parallèle du système dominant. Sont projetés sur les murs de la ville des témoignages vidéo de celles et ceux qui vivent ou survivent avec nos déchets, qui les traitent (agents de propreté), les récupèrent (glaneurs) ou sont traités comme tels (SDF, ex-détenus, sans papiers). Bennes, chariots, sacs et caddies deviennent supports de la diffusion d’images, de sons, de lumières.
Le public est invité à circuler librement entre ces récits, alternant moments spectaculaires et projections, et à composer son propre parcours.

Création 2012

Figures Libres propose une marche collective dans la ville pour ressentir les rapports ambivalents qu’entretiennent individu et groupe.
A la nuit tombée, la ville se métamorphose… et les spectateurs embarquent  pour un voyage urbain hors norme. Des milliers de visages prennent vie, projetés sur les façades des immeubles, en format extra-large. De Paris à Bagnolet, la fiction a infiltré la réalité, et a invité à porter un autre regard sur la ville, le temps d’une troublante balade visuelle et sonore.