contenu principal

Création 2021

Héroïne – Une épopée au cœur d’un tribunal

Un tribunal à ciel ouvert au cœur de la ville, une audience en temps réel.

Des spectateurs invités à suivre quatre heures d’affaires, comme pour de vrai : comparutions immédiates, audiences correctionnelles, affaires familiales, réunies en un jour et un lieu.

Pour y plonger, dix comédiens, musiciens, plasticiens, danseurs incarnent tour à tour juges, prévenus, avocats, badauds ou policiers. Et dans le tumulte des vies qui pulsent et qui explosent, le public s’accroche à la voix de la narratrice déployant son carnet de bord, entre doutes et découvertes.


Découvrez le teaser d’Héroïne

no cookie

Copyright Le Fourneau, Demi-Sel Production

CRÉATION 2022

Dans le cadre du festival “FORMES OLYMPIQUES”, Art’R mène une réflexion sur les liens art et sport dans l’espace public avec le Groupe GONGLE dans le cadre de leur création 2// (DEUX BARRES). Cela passera par une résidence de territoire avec un atelier de pratique circassienne et sportive,  des répétitions in situ donnant lieu à des temps de rencontres et de dialogues avec les habitués de ces espaces et trois présentations publiques.


ATELIER CIRQUE & STREET WORKOUT
Du 29 juin au 2 juillet

Familiarisez-vous aux pratiques du street workout et du cirque, une expérience entre art et sport encadrée par la circassienne – Justine Bernachon, l’athlète de street workout – Ibrahima Balde et l’autrice – Nil Dinç


RÉSIDENCE – 2//(DEUX BARRES)

Théâtre documentaire, street workout et cirque sur l’espace public

Du 4 au 9 juillet, le groupe d’artistes GONGLE sera en résidence au Centre Sportif Louis Lumière pour sa création 2//(DEUX BARRES).

Quelles sont les traces que le travail laisse sur notre corps ?  Qu’il soit choisi ou subi, le travail qui rythme nos vies, tantôt abime, mais toujours marque.
À travers une déambulation dans l’espace public, la circassienne Justine Bernachon, l’athlètes de street workout Ibrahima Balde et l’autrice-comédienne Nil Dinç, mettent en scène et en mouvement les témoignages de salarié.es, de résident.es d’EPHAD ou de sociologues autour des liens entre travail et corps.

2//(DEUX BARRES) mêle tour à tour art et sport, au-delà des stéréotypes de la performance.

Création Mai 2022

Expérience inhabituelle entre théâtre et cinéma

En proposant au public de s’équiper de deux petits outils dits technologiques (un casque et un tableau de bord), une autre ville apparaît : une cité en transparence dont nous sommes les témoins momentanés. Au vu et au su de tous s’y jouent des choses que personne ne voit : c’est cela qu’il faut entendre. S’y jouent des choses que personne n’entend : c’est cela qu’il faut voir. Le public, avec des écrans sur le nez et sans même y prendre garde, finit dans une sorte d’observatoire dont il est partie prenante.

Le Chant des vagabondes
Création 2022

Que sait-on des Véronique de Perse, Balisier des Caraïbes, Scille de Sibérie, Vergerette de Sumatra, Coqueret du Pérou, Nigelle de Damas, Éventail de Caroline, Tamarin d’Inde etc. ?

Et du sort qui leur est réservé en Europe ?

Les simples noms des plantes vagabondes font rêver le voyage et évoquent la formidable liberté de vie. Que peuvent-elles nous raconter de la nécessité vitale de la mobilité, de la réponse quasi unanime du mouvement pour survivre ?

Il s’agit ici d’imaginer un éloge des vagabondes et du pollen contre lesquels la politique du mur ne peut rien.

Dans un jardin du savoir, de la fête et de la joie, les spectateurs sont accueillis par 17 Souffleurs pour découvrir les récits des vagabondes et célébrer ensemble la pensée du poète Franck-André Jamme : “Savoir que les portes closes jamais ne peuvent empêcher les voyages.

Création 2021

Un spectacle immersif dans un espace naturel
à partir du roman « Marx et la poupée » de Maryam Madjidi

Vous rentrez dans un espace.
Vous pouvez vous déplacer librement.
Des sons vous entourent, s’entremêlent, vous font voyager.
Ils s’échappent de boîtes sonores. Vous les portez en bandoulière.
Vous cheminez avec Maryam.
Elle vous emmène en Iran.
Elle a quitté son pays d’origine pour la France.
Elle doit raconter, autrement.
Des figures surgissent du passé, appelées par ses souvenirs.
Vous suivez les chemins de ses pensées.
Le paysage parcouru est parsemé de lieux enfouis ou déterrés.
Elle est deux cultures, deux langues. Tiraillée.
Ses identités sont multiples, elle est mosaïque.
Elle est encore là-bas et elle est ici.
Comme suspendue.

  • Spectacle accueilli avec le soutien financier d’Eclat CNAREP à Aurillac

Création 2021

Un spectacle immersif dans un espace naturel
à partir du roman « Marx et la poupée » de Maryam Madjidi

Vous rentrez dans un espace.
Vous pouvez vous déplacer librement.
Des sons vous entourent, s’entremêlent, vous font voyager.
Ils s’échappent de boîtes sonores. Vous les portez en bandoulière.
Vous cheminez avec Maryam.
Elle vous emmène en Iran.
Elle a quitté son pays d’origine pour la France.
Elle doit raconter, autrement.
Des figures surgissent du passé, appelées par ses souvenirs.
Vous suivez les chemins de ses pensées.
Le paysage parcouru est parsemé de lieux enfouis ou déterrés.
Elle est deux cultures, deux langues. Tiraillée.
Ses identités sont multiples, elle est mosaïque.
Elle est encore là-bas et elle est ici.
Comme suspendue.

Création 2022

Expérience inhabituelle entre théâtre et cinéma, entre manège forain et expérimentation sensitive, ce spectacle est une forme de cinéma de plein air, dont l’éphémère est celui du théâtre. En effet aucune image enregistrée, mais une aptitude à utiliser les aléas de la ville. Le public se retrouve avec des écrans sur le nez, et sans y prendre garde, finira dans une sorte de manège dont il est partie prenante.

Les séquences (20 min) se jouent en continu, avec changement de groupe entre chaque fiction. Posé au cœur du ballet du quotidien, parmi les passants qui passent et les véhicules qui circulent, c’est dans un « observatoire » que l’on s’embarque…

©Art’R

Création 2020

Une promenade théâtrale de rue dansée !

Seul.e.s te promène de bâtiment en bâtiment.
La solitude avec un ou plusieurs enfants à charge, c’est quoi ? C’est où ? C’est qui ? C’est derrière quelle fenêtre de la ville qu’on rame pour joindre les deux bouts?
Une pièce de théâtre urbaine, remplie de courage, de combats quotidiens, de peur, mais aussi de fierté, d’espérance et surtout d’amour.
Une histoire qui fait exploser les murs et court les rues.


Découvrez le teaser de Seul.e.s

no cookie

Teaser réalisé dans le cadre du Réseau Risotto par Urban Street Reporters


LES ATELIERS : VENEZ PARTICIPER / INTERPRÉTER
Du 6 au 8 juillet

PLATEFORME vous invite à participer à sa nouvelle création “Seul.e.s” aux côtés de la compagnie, lors des représentations.
Venez prendre à bras le corps les poussettes et partager une aventure artistique pour faire vivre, à travers un récit corporel, le quotidien de parents solos dans les rues de votre ville, au coeur de la cité.

Les ateliers proposés par la compagnie sont des temps de partage et de transmission de ces phrases dansées, ces poèmes nés des échanges avec les parents solos pendant la création, mêlant expression théâtrale et corporalité.

Ces ateliers sont ouverts à toutes et tous : les passionné.e.s de théâtre, de danse, de sport, avec ou sans expérience en pratiques artistiques ; touché.e.s de près ou de loin par la thématique du spectacle, la monoparentalité, ou ayant simplement l’envie de s’exprimer poétiquement sur le sujet.
Pas de prérequis, juste la possibilité de s’engager sur l’ensemble du projet :
Les 6, 7 et 8 juillet : 3 ateliers de 3H
Les 9 et 10 juillet : 2 représentations (disponibilité requise 3 heures avant le début des représentations et jusqu’à 1h après la fin du spectacle. La représentation dure environ 1h)

Création 2022

Que sait-on des Véronique de Perse, Balisier des Caraïbes, Scille de Sibérie, Vergerette de Sumatra, Coqueret du Pérou, Nigelle de Damas, Éventail de Caroline, Tamarin d’Inde etc. ? Et du sort qui leur est réservé en Europe ?

Les simples noms des plantes vagabondes font rêver le voyage et évoquent la formidable liberté de vie. Que peuvent-elles nous raconter de la nécessité vitale de la mobilité, de la réponse quasi unanime du mouvement pour survivre ? Le vivant est en mouvement, se déplace et prend racine sur de nouveaux territoires, il s’agit ici d’imaginer un éloge des vagabondes et du pollen contre lesquels la politique du mur ne peut rien.

Création 2021

En redécouvrant des vieux objets à souvenirs, enfouis dans des cartons, Lou convoque les fantômes de son adolescence, qui la poussent à interroger son regard sur le monde d’aujourd’hui.

Les spectateurs sont plongés dans une enquête qui permettra à Lou de se mettre face à son passé, à nous interpeller sur nos capacités à inclure ou exclure, et à questionner  les mécanismes de dominations.